La Stratégie de sécurité routière 2025 s’apparente aux stratégies précédentes en plusieurs points. Elle est empreinte de la même vision à long terme, soit que les routes au Canada deviennent les plus sûres du monde, mais vient y greffer la notion de vision zéro.

De plus, certains des principes décisifs pour le succès de la stratégie ont été alignés sur les pratiques exemplaires mondiales en matière de sécurité routière. Parmi ceux-ci :

  • Adoption de l’approche systémique de la sécurité routière
  • Étalement de la stratégie sur dix ans
  • La constitution d’une base de données de pratiques exemplaires éprouvées ou prometteuses couvrant l’ensemble des groupes cibles et des facteurs connexes.

La SSR 2025 propose aux administrations une approche flexible pour mettre en œuvre des programmes de sécurité routière personnalisés en fonctions de leurs besoins.

La SSR 2025 encourage la collaboration entre les intervenants de la sécurité routière de tous les paliers de gouvernement et des secteurs non gouvernemental et privé pour atteindre un objectif commun : doter le Canada des routes les plus sûres du monde et atteindre zéro décès et blessure grave.

La vision à la base de la SSR 2025 est bien résumée par le titre Vision zéro - les routes les plus sûres du monde. Cette vision s’inspire d’une pratique exemplaire internationale nommée Vision zéro, adoptée pour la première fois en 1997 par la Suède et guidant son approche du transport depuis. Cette stratégie hautement efficace et novatrice a permis à ce pays d’atteindre l’un des plus faibles taux de mortalité sur la route au monde. Impressionnés par ce succès, plusieurs autres gouvernements et municipalités lui ont emboité le pas.

La vision « Objectif zéro décès » n’est pas un objectif chiffré doté d’une échéance, mais plutôt une aspiration. Reflet de la volonté d’offrir des routes sûres aux citoyens du pays, elle va au-delà de la simple durée de la SSR 2025.

Objectifs stratégiques

Les objectifs stratégiques suivants, qui portent sur la sécurité des comportements au volant et des véhicules et la sureté des routes, constituent la pierre angulaire de la SSR 2025 :

  • sensibiliser et mobiliser la population à l’égard des questions relatives à la sécurité routière;
  • améliorer la communication, la coopération et la collaboration entre les intervenants;
  • renforcer la réglementation et l’application de la loi;
  • améliorer la qualité de l’information sur la sécurité routière et soutenir la recherche et l’évaluation;
  • rendre les véhicules plus sécuritaires et l’infrastructure routière plus sûre;
  • tirer parti des technologies existantes et de l’innovation.

Principes

La conception de la stratégie repose sur les principes suivants :

Adoption d’une approche systémique de la sécurité routière

L’approche systémique de la sécurité routière (ASSR) est un moyen qu’ont pris avec succès plusieurs pays pour réaliser leur vision de routes plus sûres. L’ASSR s’articule autour des principes suivants :

  • l’éthique : la vie humaine et la santé priment sur la mobilité et les autres objectifs du système routier (il ne faut jamais compromettre la vie et la santé, peu importe l’avantage que la société en retire);
  • la responsabilité : les fournisseurs du système routier et les entités responsables de sa réglementation partagent la responsabilité avec ses utilisateurs;
  • la sécurité : les systèmes routiers doivent tenir compte de la faillibilité humaine et réduire au maximum le risque et, s’il y a lieu, la sévérité de toute erreur;
  • les mécanismes de changement : les fournisseurs et les responsables de la réglementation doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir la sécurité de tous. Ils doivent coopérer avec les usagers de la route et, ensemble, accepter le changement nécessaire. Il est établi que les administrations du Canada mettront en œuvre l’ASSR dans une mesure correspondant au contexte qui leur est propre. 

Figure 1.1. Source : adaptation par le CCATM, pour les fins de la SSR 2025, d’un diagramme tiré du Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde de l’OMS en 2009, lui-même conçu à partir d’une étude commandée par le gouvernement de l’Australie-Occidentale.

Tendance à la baisse : vision zéro

La SSR 2025 vise à concrétiser la tendance à la baisse du nombre proportionnel de décès et de blessures graves plutôt que du nombre brut. Cette tendance sera mesurée annuellement à l’échelle du pays, en utilisant des moyennes mobiles sur plusieurs années pour contrôler les variations à court terme, puisqu’une réduction constante année après année pourrait être difficile, voire impossible, à atteindre.

Deux des indicateurs proportionnels les plus utilisés dans le monde sont le nombre de décès et de blessures graves par 100 000 habitants (OMS 2014), ainsi que le nombre de décès et de blessures graves par milliard de véhicules-kilomètres parcourus (OCDE et Forum international sur le transport, 2012). Au Canada, les deux indicateurs proportionnels suivants seront utilisés :

  • le nombre de décès et de blessures graves par milliard de véhicules-kilomètres parcourues;
  • le nombre de décès et de blessures graves par 100 000 habitants.

Bien que la stratégie ne définisse aucune cible quantitative précise, elle n’empêche aucune organisation d’en fixer avec le soutien des gouvernements, des législateurs, des forces de l’ordre ou de toute autre partie intéressée.

Pratiques exemplaires

Il est primordial que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoire au Canada puissent mettre en œuvre des initiatives de sécurité routière sans devoir d’abord rechercher chaque pratique exemplaire. Voilà pourquoi au cœur de la stratégie se trouve une liste des interventions réalisées par les pays chefs de file au chapitre de la sécurité et dont l’efficacité en matière de réduction des décès et des blessures graves est éprouvée. Dans un souci de constance à l’échelle canadienne et afin que les gouvernements puissent renvoyer aux pratiques exemplaires dans leurs propres plans de sécurité routière, le CCATM a mis sur pied une base de données en ligne, consultable au strategiesecuriteroutiere.ca.

Histoire

La vision sécurité routière (VSR) 2001

Le Canada est l’un des premiers pays au monde à avoir adopté une stratégie pan canadienne en matière de sécurité routière, dont trois moutures ont déjà été mises en œuvre. La Vision sécurité routière 2001, premier plan de sécurité routière du Canada, a été adoptée en 1996 par le Conseil des sous-ministres responsables des transports et de la sécurité routière. À la suite de la mise en œuvre de ce plan, le nombre de décès de la route a diminué de 10 % et les blessures graves de 16 %, et ce, malgré la hausse constante du nombre d’usagers de la route 2.

La vision sécurité routière (VSR) 2010

En 2001, le Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière a approuvé la Vision sécurité routière 2010. On y a retenu la vision et les objectifs stratégiques du plan précédent, mais on y a ajouté un objectif général et des sous-objectifs. Les objectifs quantitatifs proposés dans ce plan avaient pour but de fournir aux intervenants de la sécurité routière des données de référence sur les principaux indicateurs de sécurité routière, permettant ainsi de mesurer les effets des interventions. L’objectif général visait à diminuer de 30 % le nombre moyen d’usagers de la route tués ou grièvement blessés durant la période 2008-2010, par rapport aux statistiques de la période 1996-2001. Les sous-objectifs proposaient des réductions variant de 20 % à 40 % par domaine d’intervention, y compris la protection des occupants, la conduite avec facultés affaiblies, la sécurité des véhicules commerciaux, les usagers vulnérables de la route, la vitesse et la sécurité aux intersections, la sécurité routière en milieu rural, les jeunes conducteurs et les conducteurs présentant un risque élevé. L’atteinte de ces objectifs devait réduire le nombre de décès sur les routes canadiennes à moins de 2 100 en 2010. Bien que la réduction de 30 % des décès et blessures graves n’ait pas été atteinte en 2010, elle l’a été peu après, en 2011 3.

Stratégie de sécurité routière (SSR) 2015

La Stratégie de sécurité routière 2015, troisième stratégie pan canadienne, a été lancée en 2011. Malgré une vision et des objectifs similaires aux stratégies précédentes, elle abordait la sécurité routière d’un angle différent, s’éloignant des cibles chiffrées et intégrant plutôt le concept de sécurité comme un système englobant les usagers de la route, les véhicules et l’infrastructure

L’un des principaux virages stratégiques introduits par la SSR 2015 est la conception d’un cadre de référence axé sur les meilleures pratiques, comprenant une matrice multicellulaire de groupes cibles clés et de questions de sécurité routière ou de facteurs connexes, ainsi qu’une gamme variée d’initiatives de sécurité routière dont les gouvernements pourront se servir pour agir conformément à leurs propres priorités. La stratégie donne la latitude nécessaire aux provinces et territoires pour concevoir leur propre plan de sécurité routière et adopter des initiatives et des stratégies en fonction de leur pertinence, de leur faisabilité et de leur acceptabilité.

En 2013, le nombre de décès et de blessures graves sur les routes du Canada a chuté de 21 % par rapport à la période de référence de 2006-2010. Cette diminution ne fluctue pas lorsqu’on ajoute le nombre de voitures-kilomètres à l’équation. Selon l'Organisation mondiale de la santé des Nations Unis, « les pays les plus performants au chapitre de la sécurité routière enregistrent des taux d’environ 5 à 7 décès pour 100 000 habitants » 4. En 2012, ce taux était de 6 décès pour 100 000 habitants pour le Canada 5. Cette même année, le Canada se classait 13e au chapitre des décès par milliard de voitures-kilomètres parmi les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) 6

Le Canada est sur une bonne lancée et la tendance décroissante du nombre de décès et de blessures graves observée sur ses routes au cours de la période 2011-2013 est encourageante. Il faut toutefois garder le cap et continuer d’améliorer la sécurité des routes du pays.


1.       Transport Canada, 2015 Draft Report on the Social Costs of Collisions in Canada, 1996-2012.

2.       Transport Canada, 2004, Road Safety Vision 2010, 2002 Annual Report.

3.       Canadian Council of Motor Transport Administrators, Road Safety Vision 2010, Final Report, November 2013

4.       OECD and International Transport Forum, Transport Research Centre, Towards Zero: Ambitious Road Safety Targets and the Safe System Approach. 2008.

5.       Transport Canada (2015a) Canadian Motor Vehicle Collision Statistics: 2013. 

6.       Organization for Economic Cooperation and Development and International Transport Forum, Road Safety Annual Report 2014.